Forum regroupant tous les passionnés de tortues. Partage d'expériences et de conseils sur les tortues terrestres, palustres et aquatiques.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La tortue plate (Malacochersus tornieri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pardalis 21
Modératrice fondatrice Exotiques & Terrestres méditerranéennes
Modératrice fondatrice Exotiques & Terrestres méditerranéennes
avatar

Féminin Age : 55
Date de naissance : 05/01/1962
Messages : 12041
Date d'inscription : 16/01/2010
Localisation : A la campagne en Côte d'Or

MessageSujet: La tortue plate (Malacochersus tornieri)   Sam 23 Jan 2010 - 12:52



Tortue pancake ou tortue crèpe
Nom latin: Malacochersus tornieri. Siebenrock, 1903.

Répartition

L’aire de répartition de Malacochersus tornieri occupe le centre de la Tanzanie et le centre du Kenya. Les populations sont petites et morcelées en des zones restreintes et confinées.


Biotope naturel

Malacochersus tornieri a besoin d’un biotope assez particulier pour prospérer. Il lui faut obligatoirement des amoncellements rocheux dans lesquels elle pourra trouver un grand nombre de cachettes. Ces amoncellements rocheux ne sont pas présents dans les toutes les savanes…

Description

Unique espèce de son Genre, Malacochersus tornieri ne ressemble à aucune autre tortue. Aucune sous espèce n’a été réellement décrite, cependant on observe de grandes variations de colorations.
Un de ses noms vernaculaires est assez explicite quant à sa forme générale, la « Tortue crêpe » (traduction de l’appellation anglaise : Pancake Tortoise) est la plus plate de toutes les tortues terrestres.  
Les mensurations de Malacochersus tornieri sont modestes, environ 15 à 18 cm de longueur, pour moins de 5 cm d’épaisseur.
C’est une tortue qui semble ne pas avoir fini son développement osseux, contrairement aux autres tortues terrestres. En effet, les côtes ne sont pas soudées et le plastron présente en son centre un large losange non osseux. Les parties non ossifiées sont très souples, et sont composées uniquement de kératine. On peut voir bouger légèrement sa carapace au rythme de sa respiration.

Cette souplesse du squelettte lui  permet également de se « gonfler » et ainsi de se bloquer dans une faille rocheuse, d’où les éventuels prédateurs ne pourront l’extraire. Ce sont les pattes qui, en rentrant dans la carapace, augmentent son volume corporel.

Le crâne de ces tortues est relativement gros par rapport à la taille du corps et les muscles de la mâchoire sont remarquablement développés chez une si petite tortue.
Les pattes sont très longues et possèdent un très grand angle de rotation, ce qui leur permet de grimper sur des surfaces quasiment verticales et de se retourner facilement si elles se retrouvent sur le dos.  Malacochersus tornieri fait preuve d’une incroyable souplesse et agilité, peu ordinaire dans le monde des tortues. Elles sont d’ailleurs considérées comme étant les tortues terrestres les plus rapides.

La dossière présente des motifs étoilés et la coloration varie énormément d’un spécimen à l’autre. Sa coloration peut aller d'un ton brun-noir très foncé presque sans aucun rayon clair, à une teinte beige clair avec de petits rayons foncés. Le centre de chaque écaille étant systématiquement clair.
Le plastron présente également des rayons, mais moins marqués. Il est en général plus foncé que la dossière.

La longévité de cette espèce n’est pas parfaitement connue. Une femelle a été conservée durant plus de 25 ans dans un zoo de Washington (D.T. Kirkpatrick, 1993) Il est possible que l’espérance de vie (25/30 ans) estimée à partir de ce cas soit en réalité bien supérieure..

Juvénile M. tornieri


Plastron de tortue pancake

Maintenance en captivité

Si l'on considère les mœurs particulières de ces tortues, il convient de reproduire assez fidèlement le milieu  qu’elles affectionnent. La présence de relief dans le terrarium ou dans l’enclos est indispensable, ainsi que de nombreuses cachettes, de préférence étroites, où les tortues se sentiront à l’abri. Ce sont des tortues sensibles au stress qu’il ne faut pas brusquer ni trop manipuler. Il ne faut jamais sortir de force une Malacochersus tornieri de sa cachette, au risque de la rendre très craintive et de ne plus la voir que très rarement…

Mes tortues sont maintenues en terrarium d’un peu près un mètre carré pour un couple, mais cela est également suffisant pour un trio (1 mâle, 2 femelles). Les terrariums n’ont qu’un seul côté vitré, pour éviter un stress inutile. Il est envisagé cependant de les installer pour le futur dans un grand enclos intérieur qui sera vraisemblablement mieux adapté. 
Après avoir fait des cachettes avec de très lourdes pierres plates, des abris sont finalisés avec des pierres plus petites, ou avec des planches de bois. Il est également possible de faire un décor en polystyrène recouvert de résine, très simple à nettoyer, esthétique et très léger, mais plus compliqué à réaliser.

Le point négatif des pierres étant le possible mauvais équilibre de la structure, en effet une pierre légèrement instable sera très rapidement mise à terre par une tortue, et cela risque de la blesser. 
Il est important de proposer des cachettes proches du point chaud et aussi plus éloignées de ce point chaud.
Malgré le fait que ce sont des tortues dites de milieu sec voire désertique, il est important et même indispensable de leur offrir un point d’eau, il n’est d’ailleurs pas rare de les voir boire.
Le substrat est composé d’un mélange de terre, de sable et de graviers.

Concernant l’hygrométrie et la température, il faut juste respecter les deux saisons, sèche et humide. La saison humide étant évidemment à relativiser, nous ne sommes pas en Amazonie, mais au Kenya ou en Tanzanie. Une hygrométrie de 70% en saison humide et 50-60% en saison sèche est maintenue.  Les terrariums ne sont arrosés qu’une fois par jour maximum pour maintenir cette hygrométrie.  
La température est d’environ 30-35°C au point chaud avec une lampe UV chauffante, et d’environ 20-25°C au point froid.
La nuit l’hygrométrie augmente naturellement de quelques pourcents, et la température baisse, environ 18°C. Les Malacochersus tornieri supportent une température de 15°C la nuit, mais il est prudent d’éviter des valeurs inférieures.
Il faut également faire attention à toute chaleur excessive en été, ces tortues supportent assez mal les très fortes températures et se déshydratent facilement.

Pour une maintenance en extérieur, l’enclos doit être complètement hermétique, une fente de 2 centimètres et c’est l’évasion assurée. Les Malacochersus tornieri peuvent grimper à la verticale, donc il faut impérativement mettre une protection en retour vers l’intérieur de l’enclos.
Les cas d’évasions sont malheureusement assez fréquents et il est rare de retrouver sa tortue.
Pour ce qui est des infrastructures tout dépend de la région dans laquelle on habite, mais il faut garder à l’esprit qu’une température inférieure à 15°C devient critique. Il faut donc équiper l’enclos d’une cabane ou serre chauffée à l’aide d’un radiateur ou de lampes infrarouges branchées sur un thermostat. Une grande partie de l’enclos doit également être à l’abri des pluies et rester sèche.


Alimentation

L’alimentation des Malacochersus tornieri en captivité peut-être simple et relativement similaire à celle des tortues méditerranéennes : pissenlits, laiteron, plantain, trèfle, liseron, hibiscus etc, complétée par une proportion importante de graminées En hiver où ces plantes sont plus difficiles à trouver, on peut augmenter la part de plantes exotiques telles que des Kalanchoe, Tradescantia (misère), Opuntia etc… Il  faut éviter l’apport fréquent d’aliments plein d’eau tels que les endives ou la salade frisée, le risque étant de provoquer des troubles intestinaux. Les fruits et légumes ne devraient être que très rarement distribués et sont d’ailleurs peu appréciés par ces tortues. 
Il est assez difficile de faire manger des végétaux secs aux Malacochersus tornieri, on peut y parvenir plus facilement en les mélangeant à des aliments frais. 
L’important étant finalement comme pour toutes les tortues, de varier au maximum l’alimentation et de tenir compte des besoins élevés en fibre.



Reproduction

La maturité sexuelle arrive relativement vite chez ces tortues, environ 4-5 ans pour les mâles et environ 6 ans pour les femelles. Il est indispensable de séparer les mâles lorsqu’ils sont dans un espace restreint car ils sont très violents entre eux et peuvent se blesser grièvement. Ils ne sont par contre pas agressifs envers les femelles.
Mais malgré cela j’ai personnellement remarqué qu’un mâle seul ne s’accouple que très rarement. Il est donc souvent indispensable de mettre temporairement plusieurs mâles ensemble avec les femelles pour encourager les accouplements. Il faut alors surveiller de près que les mâles ne risquent pas de se blesser, ce qui est susceptible d’arriver rapidement.
Les accouplements ont le plus souvent lieu en matinée ou en soirée, et plus fréquemment lorsque l’on pulvérise de l’eau dans le terrarium. J’ai remarqué un regain d’activité assez impressionnant juste après avoir pulvérisé de l’eau tiède sur les mâles. Ceci déclenchant  parfois des tentatives d’accouplement.
Quelques semaines avant la ponte, les femelles se nourrissent bien plus que d’ordinaire et elles deviennent plus actives la dernière semaine. La quantité de nourriture ingérée peut même devenir assez impressionnante.
Les Malacochersus tornieri ne pondent généralement qu’un seul œuf à la fois, mais il arrive que certaines femelles produisent deux œufs. 3 à 5 pontes par an sont possibles, avec 3 à 6 semaines d’intervalle. Cependant en captivité, certaines femelles pondent moins d’œufs, voire aucun pendant plusieurs années. La durée des pontes est très variable, parfois cela ne dure que quelques minutes, mais parfois la femelle creuse pendant plus d’une heure. Les femelles n’aiment pas du tout sentir le fond du terrarium en creusant, il faut donc mettre une bonne épaisseur de substrat, 15-20cm.
Les œufs sont mis en incubateur, avec ou sans diapause, la diapause réalisée étant de 15 jours. La température est d’environ 30°C le jour et 24°C la nuit, avec une hygrométrie de 70-80%. La durée d’incubation est variable, cela peut aller de 110 jours à presque 200 jours, mais en moyenne elle se situe aux alentours de 150 jours.
Les œufs étant très allongés, les nouveau-nés voient le jour complètement pliés, en quelques heures ils reprennent une forme plus normale.
L’élevage des juvéniles est assez classique : une hygrométrie un peu plus élevée, une température et une nourriture identique à celle des adultes. Il faut faire plus attention à la déshydratation, qui arrive plus vite chez les nouveau-nés que chez les adultes.  Le poids des jeunes est d’environ 12g, et la croissance est relativement rapide les 2-3 premières années.


Ponte de tortue pancake à gauche et nouveau-né à droite


Oeuf puis éclosion de M. tornieri


Adulte et juvénile

Maladies et soins

Cette tortue craint une hygrométrie trop élevée et développe des affections respiratoires dans ce cas. Les mâles peuvent être très agressifs entre eux et s'infliger des blessures sévères. Mieux vaut maintenir peu d'animaux dans un même terrarium. Cette tortue peut aussi stresser énormément si son environnement n'est pas correctement aménagé (manque de cachettes, températures trop élevées, trop fréquentes manipulations, etc.) et de ce fait développer des pathologies ou souffrir d'un taux de parasitisme dangereux pour sa santé.

Protection

Malacochersus tornieri est classée en Annexe II de la convention de Washington et en Annexe A du règlement intracommunautaire. Il est donc nécessaire d’avoir le certificat de capacité pour détenir ces tortues en toute légalité


Images tirées du site :arrow:http://www.reptilesweb.com
Revenir en haut Aller en bas
 
La tortue plate (Malacochersus tornieri)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La tortue plate (Malacochersus tornieri)
» MALACOCHERSUS TORNIERI
» Repas des Malacochersus tornieri
» Malacochersus tornieri
» Repas Malacochersus tornieri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tortues du Monde :: LES TORTUES TERRESTRES EXOTIQUES :: Les espèces terrestres exotiques :: Les espèces exotiques d'Afrique-
Sauter vers: